Témoignages et partages

 » La découverte du Védic Art, est en réalité pour moi la redécouverte du plaisir intense de peindre. 

Environnée de beaucoup de respect, de silence et de douceur, j’ai pu, pendant ce 1er cycle du Védic Art me rappeler la jubilation intérieure que provoque le pinceau sur la toile, la joie extraordinaire de se reconnaître sur le papier que l’on « barbouille » sans complexe et en totale liberté. 

Ici, aucune interprétation obligatoire, aucune consigne négative, aucun jugement, un espace purement libre, sans attente de résultat… 

Si on se laisse faire par cette pratique, que notre élan est entier, on embrasse l’enfance très fort et  peut être même l’artiste en soi ! 

Toutes les idées sont bonnes à prendre, les enseignements du Védic Art, laissent l’espace nécessaire pour le jeu et l’expérimentation. 

La couleur se diffuse lentement sur le papier, et le cœur s’ouvre. 

Le couteau gratte la toile et on respire en rythme. 

Une touche de lumière ici et là et les sourcils se défroncent, le corps se détend… 

La peinture à expérimenter sans les travers et les barrières académiques et personnelles… vive le Védic Art !  » 

Camille

__

Peinture Claire 4

Rencontre avec mon artiste intérieur…

J’ai découvert la peinture créative avec Gaële. Elle m’a emmenée dans l’aventure « Védic Art ». J’ai adoré!

Pas de jugement, pas de « c’est beau ou c’est pas beau », je suis nulle, je ne sais pas dessiner etc. etc.

T’as envie de dessiner, modeler, peindre?

Gaële et le concept Védict Art c’est : je suis ma propre artiste, je vais chercher au fond de moi tout ce qu’il faut pour développer ma créativité et en général la surprise est au rendez-vous.

Et surtout le plaisir de créer…

Belle rencontre, merci Gaëlle

Claire

__

le mouvement

En premier lieu, je tiens  à remercier Gaële pour la chaleur de son accueil, sa simplicité et sa présence subtile.

Cette expérience de la créativité selon les principes ayurvediques m’a permis de prendre confiance dans l’utilisation de la peinture, de différents ustensiles, pinceaux et autres objets.

Avec un principe de départ, un fil conducteur, une phrase, j’observais comment cela résonnait intérieurement, dans mon corps, dans ma tête, dans mes ressentis. Je n’ai pas cherché à faire du beau, sans attente de résultats, sans vouloir représenter un objet quelconque, juste me laisser porter par la matière, par les objets.

Ce fut une plongée vers l’inconnu, où l’on peut lâcher ses peurs, ses attentes, ses déceptions, ses jugements.

Je me suis amusée au tout début à faire l’enfant qui voulait tout essayer. En voyant les résultats, j’ai pris conscience qu’il y avait trop de  « bruits » intérieurs, alors, chez moi, j’ai repris mes peintures, j’en ai déchiré quelques unes que j’ai recollées morceaux par morceaux, j’ai repeins dessus, le temps est devenu éternel, puis la justesse, la paix intérieure s’est installée, juste dans le plaisir d’être et de faire.

Puis à un instant magique, une dernière touche de peinture, un équilibre est arrivé, une évidence, dans le calme, l’œil s’ouvre, l’âme s’apaise. Contemplation de la traversée de L’ombre vers la Lumière.  

Marie

__

20160920_200151La 200151 du 20.09.2016 m’a montré qu’avec peu de choses (couleurs, papier, jet de peinture, réflexion, temps…), mais avec beaucoup d’autres choses (spontanéité, envie, enthousiasme, joie, lâcher prise…) il est possible de réaliser de belles créations. 

 

20170307_182714La 182714 du 07.03.2017 est le portrait d’Emmeline réalisé sans regarder la feuille.

Quel bonheur et quels éclats de rire. Voir nos têtes respectives sur les feuilles de nos copines a été un grand moment.

J’ai pu réaliser avec toi que la beauté des réalisations académiques, dont on se fait tout un monde, n’est pas le seul chemin possible pour se faire plaisir en peignant.

Les portraits que nous avons réalisés étaient tout simplement magnifiques et encore plus quand nous les avons posés tous les uns à côté des autres.

Leur diversité nous parlait.

J’ai à nouveau réalisé que je pouvais me faire plaisir en peignant.

Arbre de vie

L’Arbre de vie

Je me souviens bien de lui. C’était le 28 février, j’avais peu de temps parce que je devais partir à un dîner d’anniversaire avant la fin du cours. On avait changé de salle et je cherchais l’eau, un pot, etc.. Donc mes repères étaient perturbés et « je perdais du temps » ….

Tu nous a proposé de reprendre quelque chose que nous avions commencé la semaine précédente, de continuer sur les propositions de la semaine précédente (je crois), ou de peindre un arbre de vie.

Génial ! C’est quoi un arbre de vie ? Je ne sais pas … alors je me suis lancée sans réfléchir et en ayant peu de temps de reste (une demi-heure/trois quart d’heure…). Je venais d’acheter 2 nouvelles couleurs que j’adorais et hop !

Et voilà, je l’adore et il me parle. Il est accroché chez moi à une place stratégique pour que je le voie le plus souvent possible.

2017-06-06 19.55.46

Eva

Quelle histoire ! C’est ma préférée. Réalisée en quelques impulsions que tu nous as insufflées sans que l’on sache combien il y en aurait, ni combien de temps chacune durerait.

Je n’ai absolument réfléchi à rien en la faisant, sinon à être attentive à tes propositions. Au taquet, en total lâcher prise à l’écoute de ta voix.

Je n’ai jamais rien fait de tel et Eva trône à la place d’honneur dans mon salon.

L’histoire est encore plus belle car tu nous avais proposé de la donner à notre modèle. Ce que j’ai fait et ce qui m’a perturbé, car je l’avais en photo et percevant ce qu’elle représentait pour moi je me lamentais de ne pas même l’avoir en copie grandeur nature. J’ai appelé Marcienne qui sentant ma peine m’a proposé de me la rendre. Je n’en voulais pourtant qu’une copie. Nous en avons beaucoup parlé et depuis lors Eva est chez moi et la copie que je devais garder est dans le salon de Marcienne. 

Ça a été et c’est encore une belle histoire, nous nous sommes vues plusieurs fois et nous avons beaucoup échangé à ces occasions.

Sylvie